0 Article

Panier(0)

Il n'y a plus d'articles dans votre panier
Total TTC 0,00 €
4 questions à Toumy Degham, champion de France militaire de triathlon

4 questions à Toumy Degham, champion de France militaire de triathlon

Triple champion de France militaire de triathlon et vainqueur de plus de 50 triathlons, Toumy Degham collectionne les titres en France et à l’international. Attiré par les sports exigeants, il nous fait partager, aujourd'hui, son expérience dans ce sport très complet qu'est le triathlon.

Comment as-tu commencé le triathlon et pourquoi avoir choisi ce sport ?

J’ai commencé le triathlon, il y a une vingtaine d’années, en 1999, et j’ai choisi ce sport parce que je faisais de l’athlétisme à l’époque, et je commençais à m’ennuyer dans l’athlétisme parce que je faisais beaucoup de demi-fond et je voulais varier les entraînements et le triathlon m’a permis de pouvoir diversifier les entraînements et de vraiment me faire plaisir à l’entraînement et en compétition, dans des cadres assez sympas.

Tu participes régulièrement à des triathlons partout autour du Monde, quels sont tes conseils pour une bonne adaptation, comment bien aborder le décalage horaire, le changement de température, etc ?

Grâce à statut de triathlète professionnel, je suis effectivement souvent amené à partir à l’étranger avec des voyages très longs et quand j’arrive dans le pays, forcément, il y a du décalage horaire, ce qui est assez contraignant. Avec l’expérience, je me suis rapidement rendu compte qu’il fallait se recaler le plus tôt possible à l’heure locale pour ensuite permettre d’optimiser la récupération avec le sommeil. Et au niveau des conditions climatiques, il faut aussi s’acclimater assez rapidement. Pour cela, je vais m’entraîner sur les mêmes horaires que la course, sans pour autant en faire trop car l’acclimatation demande beaucoup d’énergie. Je fais également très attention à bien m’hydrater, en consommant notamment le Sport Drink MX3 qui me permettent de recharger rapidement en sels minéraux et autres apports dont j’ai besoin, et donc de récupérer plus facilement.

Quelle place occupe la nutrition sportive dans ton quotidien ? Quels sont, selon toi, les produits incontournables en phase de préparation, puis en compétition ?

La diététique occupe une place importante dans ma préparation, c’est un facteur qu’il ne faut pas négliger, d’autant que je peux m’entraîner jusqu’à 7-8 h par jour sur certaines périodes. J’apporte donc une grande importance au choix de ma nutrition sportive, surtout en terme d’assimilation des produits que j’utilise. En phase d’entraînement et de compétition, je consomme surtout Sport Drink, c’est une boisson isotonique qui est assez complète et qui me permet de recharger au niveau sels minéraux. Je consomme également de nombreux autres produits, tels que les barres et gels énergétiques car je suis gourmand. Et en grosse préparation, Ironman et longue distance, où j’ai beaucoup de casse musculaire, j’utilise Sport Recup et Protein Recup, qui permettent de bien récupérer au niveau énergétique et musculaire.

Quels conseils pourrais-tu donner à nos amis sportifs, amateurs de course à pied par exemple, qui souhaiteraient se lancer dans leur tout premier triathlon ?

Si je peux donner quelques conseils à nos amis coureurs à pied qui souhaitent s’initier au triathlon, c’est tout d’abord, de ne pas négliger la préparation puisqu’il y aura à effectuer deux disciplines supplémentaires, la natation et le vélo, qui sont des sports assez énergivores. C’est pour cette raison qu’il est essentiel de bien intégrer l’alimentation et la nutrition à cette phase de préparation. L’apport pendant l’entraînement et pendant la compétition est très important. Surtout, ne pas négliger cette partie-là. Il serait dommage de faire une bonne préparation physique et de ne pas pouvoir aller au bout et atteindre son objectif pour un problème de nutrition. Et ensuite, tout simplement se faire plaisir dans cette discipline qui offre beaucoup de possibilités et qui permet de beaucoup voyager.