0 Article

Panier(0)

Il n'y a plus d'articles dans votre panier
Total TTC 0,00 €
6 conseils pour devenir un(e) pro du feu de camp

6 conseils pour devenir un(e) pro du feu de camp

S'il y a très longtemps faire du feu était une tâche quotidienne et aisée pour l'homme, aujourd'hui, cela requiert connaissances, entraînement et matériel adéquats. Cet article n'a pas pour but de vous apprendre à faire du feu en frottant des cailloux en cas de fin du monde, mais bien de vous transmettre les bases afin de réaliser un feu de camp rapidement et en toute sécurité lors de vos bivouacs.

Partir avec le matériel nécessaire

Sauf si vous êtes déjà aguerri aux techniques ancestrales, telles qu'allumer un feu avec des silex ou un arc , nous vous conseillons vivement de prévoir le matériel nécessaire avant votre départ.

Un allume-feu

La première étape pour allumer un feu de camp est bien sûr d'obtenir une flamme. Aujourd'hui, nous avons à notre disposition du matériel moderne nous permettant de le faire très rapidement :

  • un briquet,
  • des allumettes,
  • une pierre à feu, ou "firesteel" qui permet d'obtenir des étincelles par frottement. Elle est particulièrement appréciée en cas de temps humide lorsque le briquet ou les allumettes peinent à remplir leur rôle.

Un combustible

S'il est possible de trouver des sources de combustibles naturelles dans la nature, en cas de temps humide, cela peut vite s'avérer compliqué. Emporter du combustible avec vous peut donc vous faciliter la vie. Si les premiers combustibles qui viennent à l'esprit sont le papier journal, les mouchoirs en papier... nous préférons un combustible plus naturel qu'il est aujourd'hui possible de trouver en magasin outdoor : l'amadou. Vous pouvez, en effet, vous y procurer ce champignon, que l'on trouve normalement sur l'écorce des arbres, vendu en plaque. Cela vous permet de toujours avoir un combustible sec à portée de main.

Déterminer un bon emplacement

Avant même de commencer à démarrer un feu, il est important de choisir son emplacement avec précautions. Il faut, en effet, toujours garder en tête qu'un feu peut se propager très rapidement et peut alors être un véritable danger pour soi et pour la nature.

À l'abri du vent

Même si ce n'est pas toujours chose facile, abriter son feu de camp du vent vous épargnera bien des soucis. Le vent peut être votre ennemi de deux façons bien paradoxales : il peut soit l'éteindre (et bonne chance pour le relancer !), soit au contraire le propager, le rendant hors de contrôle.

À bonne distance de toute source inflammable

Il est conseillé d'établir son feu entre 2 à 5 m de tout ce qui pourrait prendre feu rapidement. Cela concerne à la fois les éléments naturels : arbres, herbes sèches, feuilles mortes... que le matériel que vous avez apporté : tente, duvets, sacs...

Ramasser du bois

Pour réussir votre feu de camp, il vous faudra rassembler trois types d'éléments différents :

  • Dés éléments combustibles : brindilles, pommes de pain, écorce, résine... ces éléments doivent être bien secs afin de s'embraser rapidement.
  • Des morceaux de bois de taille moyenne : essentiellement des branches mortes que vous trouverez sur le sol. Inutile de vous en prendre aux branches vertes directement dans les arbres, cela brûlerait très mal et est en plus très néfaste pour l'arbre en question.
  • Des morceaux de bois de taille plus importante qui brûleront plus lentement et alimenteront votre feu sur la durée.

Construire le feu de camp

Pour rappel, votre feu de camp doit être établi à un endroit sec, à l'abri du vent et à distance raisonnable de tout matériel inflammable. Si le sol est trop humide, il est possible de creuser un trou afin de trouver de la terre sèche et d'y démarrer votre feu de camp. L'architecture de votre feu doit respecter des principes simples. Tout d'abord, créer un "sous-foyer" avec les éléments les plus facilement inflammables. Ce sont eux qui prendront feu pour ensuite embraser les autres éléments, plus gros. Ajoutez ensuite les éléments de taille moyenne, puis les plus gros sur le dessus. Si vous rencontrez des difficultés, il est également possible de construire son feu à l'envers : gros éléments sur le sol, puis les moyens, puis les petits.

La bûche suédoise, réchaud naturel

Il existe des dizaines de variantes pour construire son feu de camp. La technique de la bûche suédoise est surtout intéressante pour cuisiner car elle offre un support pour une casserole ou une popote. Pour cela, vous aurez bien sûr besoin d'une bûche, mais aussi d'un hache ou d'une scie (pour les aventuriers les plus équipés !). Le système est ensuite assez simple : il faut fendre la bûche en 4 morceaux que l'on rassemblera ensuite debout à l'endroit où l'on veut faire son feu. Ensuite, disposez les mêmes éléments qu'indiqué précédemment, du plus inflammable au moins inflammable, à l'intérieur de la bûche et allumer le tout. Si la bûche a du mal à tenir debout, vous pouvez utiliser de la paracorde pour la maintenir. Les 4 morceaux de la bûche doivent être suffisamment proches pour maintenir le tout mais doivent également laisser suffisamment d'oxygène au feu.

Entretenir le feu

Une fois allumé, il est important d'entretenir correctement son feu de camp afin qu'il ne s'éteigne pas rapidement ou, au contraire, qu'il ne se propage pas. La clé est de l'alimenter régulièrement, sans l'étouffer en mettant trop de bois d'un coup car le feu a besoin d'oxygène pour brûler. Il ne faut pas non plus l'alimenter avec trop d'éléments inflammables d'un coup, au risque de ne plus pouvoir le contrôler ensuite. Dans un cas comme dans l'autre, vous ne devez jamais laisser votre feu sans surveillance. Les dommages qu'il pourrait entraîner sont de votre responsabilité. Attention également à bien sensibiliser les enfants qui pourraient être présents sur votre bivouac afin d'éviter tout accident.

Savoir éteindre un feu est aussi important que de savoir l'allumer !

Lorsque l'on quitte son lieu de bivouac pour reprendre la route ou que l'on va dormir (sauf si quelqu'un est chargé de monter la garde), il est essentiel de prendre toutes les précautions nécessaires afin de s'assurer que le feu est bien éteint et n'est plus un danger pour ce qui l'entoure. Pour ce faire, nous conseillons, lorsque cela est possible, de le laisser se consumer jusqu'à ce qu'il s'éteigne naturellement puis de l'arroser, ainsi que les alentours jusqu'à ce que les cendres soient froides, puis de les disperser. Pour éteindre un feu encore vif, il faudra l'arroser plusieurs fois puis procéder de la même façon en s'assurant que tout est bien devenu froid et qu'il n'y a plus la moindre petite flamme.

Avant de vous lancer, veillez à bien consulter les réglementations en vigueur en matière de feu de camp sur vos différents lieux de bivouac.