0 Item

Shopping cart(0)

There are no more items in your cart
Total (VAT incl.) €0.00
Les 8 erreurs à éviter en running

Les 8 erreurs à éviter en running

Que l'on soit débutant ou professionnel, on a souvent l'habitude de ne se focaliser que sur la performance et l'atteinte d'un objectif. Mais cela peut justement avoir l'effet inverse à celui recherché. Inconfort, incapacité à finir le parcours ou même blessure, l'impasse sur certaines règles essentielles peut avoir de lourdes conséquences. Voici les 8 erreurs à ne surtout pas commettre pour éviter toute déconvenue.

1. Ignorer la douleur

Le running s'associe souvent à la douleur et chaque runner doit l'adopter et savoir aller au-delà pour progresser. Mais, il y a une frontière entre la douleur causée par la fatigue que l'on doit accepter pour se dépasser, et celle causée par une blessure négligée. Une douleur de type passagère, qui survient et disparaît rapidement, n'est pas quelque chose qui doit t'inquiéter. En revanche, une douleur qui apparaît fréquemment et à chaque sortie, est quelque chose de complètement différent et doit attirer ton attention. Elle peut cacher un traumatisme, qui s'il est bénin au départ peut rapidement se dégrader, faute de soin. Le résultat ? Une blessure à long terme qui aurait pu être évitée. Dans le doute, demander conseil à un professionnel de santé reste le plus sûr !

2. Négliger l'échauffement

Trop de coureurs négligent encore cette phase primordiale, surtout par manque de temps. Malheureusement, cela peut souvent conduire à des blessures. Avant une course ou une séance intense, un bon échauffement doit démarrer par un petit footing à allure souple et progressive (20-30min), suivi de quelques étirements activo-dynamique (5-10 min) : les mollets, les ischios-jambiers, les adducteurs, les quadriceps, les muscles du dos, des épaules, du cou ... Échauffé, votre corps sera plus efficace pour supporter les efforts, et cela peut te permettre d'éviter la blessure qui stoppera ta saison.

3. Courir le ventre vide

Pour beaucoup de coureurs, prendre un petit déjeuner copieux le matin est difficile. A ce moment de la journée, notre estomac n'est pas encore tout à fait réveillé et certaines personnes peuvent avoir du mal à manger en quantité suffisante ou à digérer correctement. Mais, sauter ce repas n'est pas un choix judicieux, car ton organisme a besoin de « carburant » pour pouvoir démarrer la journée, et permettre au cerveau et aux muscles de fonctionner de manière optimale pendant l'effort. Pour ne pas épuiser les réserves en sucres de l’organisme pendant ta course, et provoquer une fatigue prématurée, il faut ingérer suffisamment de calories. Le MixCream MX3 est le petit déjeuner idéal avant l'effort. Très facile et rapide à préparer, il accompagne parfaitement un thé ou un café en t'apportant l'énergie nécessaire. Facile à digérer, il peut se consommer jusqu'à 1h avant l'effort.

4. La pression des objectifs

Pour les amateurs, un suivi de progression des objectifs est un bon moyen de rester motivé. Mais se fixer de nouveaux objectifs après chaque séance d'entraînement peut causer un stress inutile. Fixe-toi des objectifs réalistes et réalisables et concentre-toi sur le plaisir de courir ! Si avoir un plan d'entraînement avec "des objectifs réalistes" est important, un plan d'entraînement qui ne permet pas de compromis est une erreur. Si mardi, tu as programmé une séance de 20km, cela ne signifie pas qu'il doit être fait à tout prix. Ta santé, ta vie privée et la météo doivent être prises en considération pour que courir ne devienne pas une contrainte. Tu ne dois pas aller à l'entraînement à reculons, cela doit rester un moment agréable de ta journée, que tu attends avec impatience.  Avec de la satisfaction et donc de la motivation, tes performances n’en seront que meilleures.

6. Démarrer une course trop rapidement

Lors du départ d'une compétition, ne te laisse pas entraîner par la foule ou par l'excitation du moment. Si ton rythme est plus élevé que d'habitude, même si ce n'est que sur quelques kilomètres, tu devras fournir un effort plus important sur la fin de ton parcours. Pour éviter de te laisser emporter, utilise une montre capable d'afficher ton allure et maintiens le rythme que tu t'es fixé. Si tu te sens en forme, tu auras toujours la possibilité d’accélérer quelques km avant la ligne d'arrivée ! Ton objectif sera atteint, voir dépassé tout en préservant ton confort sur la course.

7. Un repos insuffisant

Facile en théorie, mais souvent difficile à mettre en pratique ! Le repos est essentiel que ce soit en période de préparation ou de récupération. Un entraînement trop intensif ou un déficit de sommeil peuvent freiner ta performance, voire entraîner une blessure pendant une compétition, et ralentir la récupération de ton organisme ensuite. 8 heures de sommeil par nuit, notamment les semaines précédant ta course est l'idéal. Ensuite, il est important de s'accorder au moins un jour de repos sans sortie par semaine afin d'éviter le surentraînement. Au lendemain de ta course, même si tu te sens en pleine forme, il est essentiel de respecter le repos correspondant à la distance parcourue ou à l'intensité de l'effort effectué. Une période de pause, puis la reprise progressive de l'activité avec un rythme souple et pourquoi pas du cross training (natation, vélo...).

8. L'impasse sur la nutrition après un effort intense

Sauter la nutrition post-entraînement ou comment ruiner tous tes efforts ! Après un effort intense, bien souvent, on ne se sent pas d'avaler quoi que ce soit. Pourtant, attendre plus de 45 minutes après l'effort peut fortement nuire à la récupération. À l'arrêt de l'effort, s'ouvre une fenêtre de 30 minutes, appelée fenêtre métabolique, durant laquelle tous les nutriments ingérés sont plus rapidement et plus facilement assimilé. Il est donc essentiel, à ce moment-là de consommer un produit riche en glucides et en protéines. La boisson de récupération MixDrinkRécup est le produit parfait à utiliser : riche en glucides, protéines et acides aminés, elle est l'alliée de votre récupération musculaire.